Fontaine de village au Moyen-Âge


Au Moyen-Âge, pour obtenir de l’eau dans les villages, la solution la plus employée était la ligne d’eau, celle-ci descendant naturellement par gravité dans un canal à ciel ouvert. Cette eau est alors dirigée de fontaines en fontaines, le trop plein de la première alimentant la suivante. Tout au long de ce trajet sont répartis les différents usages de l’eau : au point le plus haut l’alimentation des habitants, puis les animaux, les usages domestiques (lavage etc), l’arrosage des jardins et enfin les besoins des moulins. Les fontaines sont rares et réduites à leur plus simple expression lorsque l’eau est peu abondante, obligeant les édiles à rechercher des sources régulières, à améliorer leur captage et leur acheminement dans les différents quartiers des villages dont certains sont en période d’expansion.