La Fontaine Saint-Martial
La Fontaine Saint-Martial
Photos prises en juin 2010

 

 

La Fontaine  Saint-Martial d’Aureuil

 

Avant l’arrivée de Saint Gaucher, Silvaticus n’était pas très peuplée. C’est justement parce que ce secteur semblait calme que Gaucher s’y est installé. Il découvrit le Limousin à l’âge de 18 ans, où il fut accueilli par Humbert, chanoine de la cathédrale de Limoges. Originaire de Meulan sur Seine dans les Yvelines, Gaucher, fortement épris de solitude, est à la recherche d’un lieu de retraite. Venu à Saint-Léonard prier sur la sépulture de Léonard, il s’arrête à son retour vers Limoges dans un vallon, il y reste trois ans désireux d’y construire un monastère. Il lui fut impossible d’obtenir l’autorisation des propriétaires, les moines de Saint-Augustin et les religieuses de Notre Dame de la Règle de Limoges.

Selon la légende, une colombe qui ne cessait de l’importuner en emportant toujours dans une même direction le chaume qui couvrait sa hutte, le guide alors vers un autre lieu : Silvaticus. Propriété des chanoines de l’église de Saint-Etienne de Limoges, Gaucher n’eut aucune difficulté, soutenu par son maître Humbert, pour obtenir l’autorisation d’y construire un monastère. Le monastère d’Aureil, nom donné au lieu par Gaucher, eut un tel succès qu’une quarantaine de prieurés furent fondés en Limousin et dans le sud du Berry ; celui d’Aureil reçut d’ailleurs de très nombreuses donations des puissantes familles du voisinage et des évêques de Limoges. Gaucher mourut des suites d’un accident, à l’âge de 80 ans, heurtant une pierre en tombant de sa monture. Quant au monastère détruit une première fois par les troupes du Prince noir, il fut ensuite brûlé à deux reprises, d’abord sur l’ordre des Ducs des Deux-Ponts en 1569 ensuite par les Hugenots en 1575. Les derniers moines abandonneront Aureil en 1598.

Une fontaine est installée à proximité du Monument aux Morts et de l’ancien pigeonnier du prieuré. Une borne en fonte ouvragée est posée sur un socle en pierre, l’eau s’écoule dans une auge monolithe. Curieusement ce n’est pas Saint-Gaucher patron de la cité qui s’y trouve représenté, mais Saint-Martial patron de la ville de Limoges. Le 21 mai 2009 à 15 h, lors des 71ème Ostensions d’Aureil c’est bien en l’honneur de Saint-Gaucher ermite fondateur du monastère Saint-Jean-d’Aureil, au XIe siècle, et de son disciple saint Faucher (dont la vie sainte est plus rarement évoquée) qu’eurent lieu la procession et la messe. C’est en 1609, que le pape Paul V reconnaît les Ostensions d’Aureil et accorde des indulgences aux pèlerins qui y participent.

Revenir à la ville