La Fontaine de Notre-Dame de la Drèche
La Fontaine de Notre-Dame de la Drèche
Photos prises en septembre 2018

 

La Fontaine de Notre-Dame de la Drèche de Lescure d’Albigeois

 

La Drèche signifie la Côte Droite, c’est-à-dire un chemin droit et raide. Au XIIème siècle un propriétaire découvrit dans l’un de ses pacages une statue de la Vierge, il décida de faire bâtir un sanctuaire pour l’abriter, celui-ci devint église paroissiale à la fin du XIIème siècle. Il fut rebâti au XIIIème siècle après accord de l’évêque d’Albi et des seigneurs de Castelanau de Levis et de Lescure. La particularité de cet édifice religieux résidait dans le fait de son implantation à la jonction de trois communes. Les foules commencèrent à venir en pèlerinage, il est fait mention de l’un de ceux-ci en 1468. Sous le règne de Louis XIII la dévotion des pèlerins à Notre-Dame de la Drèche était importante. On venait pour invoquer la Vierge et obtenir le salut des infirmes et la guérison des malades. De nombreux miracles furent constatés au cours des siècles. Le sanctuaire était également très fréquenté lors des grandes épidémies et des cérémonies importantes y étaient alors célébrées. Pendant la Révolution l’édifice fut pillé et vendu aux enchères, mais la statue grâce à la vigilance d’une paroissienne fut cachée et sauvegardée.

La reconstruction en brique rose de l’église sur le modèle de la cathédrale d’Albi est l’oeuvre de l’architecte Bodin-Legendre et date de 1859. Elle fut inaugurée en 1864, à partir de cette date l’entretien et l’accueil furent confiés aux frères du Tiers-Ordre régulier de Saint-François. Les peintures intérieures ont été réalisées par le père franciscain Léon Valette et se sont étalées sur dix sept années.

La belle statue de Notre-Dame de la Drèche, est classée Monument Historique. Le clocher de l’église abrite un carillon manuel de 32 cloches il est joué tous les premiers dimanches du mois entre 16 heures et 18 heures.

 

Un sentier pentu matérialisé par un chemin de croix mène en contrebas de la butte à une fontaine. Dans le talus une excavation abrite la source, elle est fermée par un mur dont l’ouverture avec arche en plein cintre a été close par une grille sculptée. L’eau sort au pied du dit mur via un modeste orifice dans un petit bac accessible par deux marches, elle va ensuite rejoindre le grand bassin situé à l’avant et protégé par un préau. Bien que signalée non potable, cette eau est appréciée des pèlerins et toujours à une température fraîche même par chaudes journées d’été. Sur le côté une grande statue de la Vierge Miraculeuse repose sur une stèle en brique. De nombreux exvotos et des fleurs ornent ce sanctuaire où seul le chuchotement de l’eau et le chant des oiseaux brisent le silence. Nous ignorons si cette source est dotée de propriétés guérisseuses.

Revenir à la ville