La Fontaine Mère
La Fontaine Mère
Photos prises en septembre 2010

 

 

La Fontaine Mère de Pernand-Vergelesses

 

D’après Courtépée, Pernand-Vergelesses, l’un des plus anciens villages de la côte viticole, a successivement porté les noms de Vernantum, Pernancum  pour devenir Pernant. Le suffixe “nan “, d’origine celte désigne une source. Le nom de Pernant apparaît pour la première fois dans les titres de l’abbaye de Maizières datant de 1154.

A l’abri de la butte de Corton, le village vigneron de Pernand-Vergelesses se blottit sous le regard protecteur de la statue de Notre-Dame de Bonne Espérance dressée sur la hauteur. Cet oratoire de Frétille construit au 19e siècle est de style néogothique. En contrebas, le village resserre ses toitures de tuiles autour de l’église, principal monument. Pour découvrir la Fontaine Mère datant du XIIIème siècle, il faut s’approcher de la plus ancienne maison du village, quelques marches conduisent au bassin enserré dans un mur semi-circulaire. Une vierge bourguignonne installée dans une niche veille sur la fontaine, qui autrefois était le seul point d’eau du village.

Sur la partie droite de la voûte, une pierre porte une inscription difficile à décrypter compte tenu de son état, les seuls éléments déchiffrables sont l’année 1769 et la mention Santa Maria Mater.

Cette source par une canalisation alimente le lavoir couvert construit à proximité.

En 1925 Jacques Copeau, fondateur du théâtre du Vieux Colombier, se fixa dans ce magnifique village avec sa compagnie. Il fut l’un des précurseurs de la « décentralisation culturelle » qui, avec Jean Vilar, créateur du festival d’Avignon, a ouvert à la France entière le champ d’un théâtre de qualité jusque-là réservé aux grandes salles parisiennes. A sa mort en 1949 il a été inhumé dans le cimetière de Pernand-Vergelesses.

 

Revenir à la ville