La Fontaine Place du Maréchal Foch
La Fontaine Place du Maréchal Foch
Photos prises en septembre 2017

 

La Fontaine Place du Maréchal Foch de Saint-Pourçain-sur-Sioule

 

Un petit monastère fut fondé au VIème siècle sur les hauteurs dominant la Sioule par un ermite, ancien esclave affranchi du nom de Pourçain, il en deviendra abbé et donnera son patronyme à la commune. Diverses églises du Bourbonnais lui sont dédiées, plusieurs communes ou anciennes communes de l’Allier portent son patronyme, comme Saint-Pourçain-sur-Sioule, et dans la Loire Saint-Pourçain sur Bresbre. Au IXème siècle, le monastère devint un prieuré dépendant de l’abbaye de Saint-Philibert de Tournus. Au Moyen-Âge, le prieuré ainsi que la ville prospérèrent, cette dernière possédait, sous le règne de Charles V, un atelier monétaire royal. Saint-Pouçain était l’une des treize bonnes villes d’Auvergne. Sous la Révolution le monastère fut fermé et son église devint paroissiale.

C’est au XIXème siècle que les conseillers municipaux cherchèrent un immeuble pouvant abriter les bureaux, salles de réunion, salle des mariages. Leur choix se porta sur l’ancien hôtel de Fontanges implanté sur une parcelle assez grande pour correspondre aux nécessités territoriales. Le bâtiment avait été érigé par une famille de la Haute-Auvergne qui s’était implantée dans le Bourbonnais où elle possédait le château de Gannat. Pendant la Révolution l’hôtel fut vendu comme bien national et acquis par l’ancien curé d’une paroisse voisine qui le revendit à la commune. Au XIXème siècle l’architecte Nollet plaqua une composition néoclassique sur la partie beaucoup plus ancienne de l’édifice. La façade comportait alors deux niveaux chacun possédant trois ouvertures en plein cintre. Le second étage fut rajouté plus tard.

L’Hôtel de Ville sert de toile de fond à la fontaine installée Place Foch. Sur une plate-forme à deux niveaux est posé un bassin bourrelé en pierre de Volvic. Au centre de celui-ci, sur un socle en trachy-andésite, sont installées quatre tortues cracheuses d’eau, au milieu d’elles se dresse une pile sculptée de visages poupins, elle supporte deux vasques, la plus haute étant soutenue par trois Putti. Cette fontaine en fonte produite par la fonderie Durenne est un modèle figurant au catalogue : Planche Volumen : « Dur_1868_ PL165 ». Cet ensemble gracieux est situé au carrefour de plusieurs rues dont l’une permet l’accès à l’ancienne prieurale aujourd’hui église paroissiale Sainte-Croix. A l’entrée de l’artère menant à l’édifice religieux, se dresse la tour de l’horloge ou beffroi, construite sur l’une des tours de l’enceinte monastique au XVème siècle et restaurée au XIXème siècle, équipée d’une horloge, le nom de beffroi lui sera attribué à la fin de sa restauration en 1842.

Revenir à la ville