La Fontaine Place Sainte-Cécile
La Fontaine Place Sainte-Cécile
Photos prises en septembre 2018

 

La Fontaine Place Sainte-Cécile d’Albi

 

Le réaménagement de la Place Sainte-Cécile a été mené de concert avec la restructuration de l’ancienne résidence épiscopale. Sur cet espace une fontaine a été installée avec pour toile de fond d’une part la cathédrale et d’autre part le palais de la Berbie. Une haute vasque dont les quatre petits pieds reposent dans un cercle inclus dans le pavage de la place, est ornée sur son pourtour de sculptures représentant divers éléments marins, sirène, poisson, personnages humains et autres symboles. Au centre de cette vasque un bloc central projette l’eau en pluie.

Le Palais de la Berbie par sa masse imposante, sa position dominante et son allure de forteresse, affermit le pouvoir épiscopal sur celui de la ville, aux mains des consuls. Pour ce faire, Bernard de Castanet lui donne l’ampleur monumentale qu’il connait aujourd’hui. Au cours des siècles, les évêques l’ont transformé en résidence d’agrément. Ce palais abrite aujourd’hui une partie des oeuvres de Toulouse Lautrec.

Ce peintre, dessinateur, lithographe, affichiste et illustrateur est né à Albi dans une famille noble française. Au XIXème siècle, les mariages de la noblesse se faisaient couramment entre cousins afin d’éviter la division des patrimoines. Ce fut le cas des parents de Toulouse Lautrec qui étaient cousins au premier degré. En 1874 on lui découvre une maladie liée à la consanguinité et qui affecte le développement des os : la pycnodysostose. A la suite d’une chute en 1878, il se casse le fémur la fracture se résorbe mal en raison de sa maladie ce qui aggrave son retard de croissance, adulte il ne mesurera qu’un mètre cinquante deux, son tronc sera de taille normale, mais ses membres sont courts. Il a croqué le mode de vie de la Bohème parisienne à la fin du XIXe siècle. Au milieu des années 1890, il a contribué par des illustrations à l’hebdomadaire humoristique : Le Rire. Alcoolique pendant la plus grande partie de sa vie, il décède à 36 ans le 9 septembre 1901 à Malmoré la propriété de sa mère. Il est inhumé au cimetière de Verdelais en Gironde à quelques kilomètres de cette résidence.

 

 

Revenir à la ville