La Fontaine Saint-Laurent
La Fontaine Saint-Laurent
Photos prises en mars 2014

 

 

La Fontaine Saint-Laurent de Pleyben

 

Pleyben, à l’exemple d’autres paroisses, aurait pour origine la fondation d’un établissement monastique et remonterait au VIème siècle. Sur le territoire de la paroisse on recense pas moins de onze fontaines saintes, dont certaines sont encore associées à des chapelles. Celle de Saint-Laurent est située dans un enclos comprenant le calvaire,

 

 

la fontaine et une chapelle dont on ignore la date de fondation. Elle serait antérieure au XVIème siècle, puisqu’en 1500 une bulle d’indulgence fait mention d’importantes réparations à effectuer à la chapelle, à l’époque sous la protection de Saint-Tugdal. En 1662 cette bulle fut à nouveau utilisée pour une nouvelle réparation, mais cette fois l’édifice y est inscrit sous le vocable de Chapelle Saint-Laurent. Dédiée à Saint-Tugdal, ou parfois à Saint-Pabu (deux Saint-Bretons), elle ne devint définitivement chapelle Saint-Laurent qu’en 1756. Jadis il était de tradition que la procession du Saint-Sacrement se rendît du bourg à la chapelle, le dimanche dans l’Octave du Sacre, où avait lieu le pardon de Saint Pabu ou Tugdual. Aujourd’hui, seule la procession des Rogations s’y rend.

La fontaine de l’enclos est constituée d’un appareillage en pierre avec voûte profonde ouverte par une arche en plein cintre. Le bassin déborde à l’avant de l’édifice surmonté d’une curieux faîtage. A l’intérieur la stèle accueille une statue de Saint-Laurent avec le gril, instrument de son supplice. Le jour du Pardon toutes les jeunes filles à marier se rendait à la fontaine celles qui réussissaient à faire flotter une épingle sur l’eau étaient assurées de se trouver un mari dans l’année. On venait aussi y implorer Saint-Laurent pour la guérison des brûlures, de l’eczéma et des rhumatismes. Le pardon de Saint-Laurent est célébré le deuxième dimanche d’Août.

 

Revenir à la ville