La Fontaine Saint-Quentin
La Fontaine Saint-Quentin
Photos prises en juin 2016

 

 

La Fontaine Saint-Quentin de Besançon

 

C’est l’une des quatre premières fontaines installée au XVIème siècle, elle le fut au n° 128-130 de la Grande rue (Hôtel du comte de la tour Saint-Quentin d’où son patronyme) en 1579. Elle est alors ornée par Claude Arnoux dit Lullier né en 1510 et décédé en 1580, il est le principal sculpteur de la Renaissance en Franche Comté. L’eau jaillissait des seins d’une nymphe en marbre rouge de Sampans. Du fait de sa couleur les bisontins l’appelaient «  Fontaine de la Rousse ou de la Femme Rousse ». Lors du déplacement de la dite fontaine en (1698 ou 1756 sur l’actuelle place Victor-Hugo) la nymphe fut remisée et l’on perdit sa trace. L’édifice actuel fut érigé d’après les plans de Philippe Boisson, elle a fait l’objet en 1937 d’une inscription au titre des Monuments Historiques. Sa console supporte « La Source » une œuvre de Jens Boettcher. Cette sculpture représente une femme enceinte sans visage et dépourvue de bras.

Jens Boettcher est né en 1933 à Essen en Allemangne, à dix sept ans rebelle à la discipline scolaire, il est mis en apprentissage dans une forge industrielle de la banlieue de Berlin. Il entre à l’école d’Art Décoratif de cette même ville où il obtient un diplôme d’Etat de Forgeron. Il est admis en 1955 à l’Ecole des Beaux-Arts de Berlin , après un passage dans l’atelier d’un peintre, puis d’un sculpteur abstrait , il devient l’assistant de Schreiter toujours à Berlin. En 1958, il exécute pour son maître, avec deux de ses camarades un christ en fer forgé de 4 mètres de haut pour l’église de Charlottenburg de Berlin. En 1966, il épouse une condisciple des Beaux-Arts de Berlin, une française native de Dôle. En 1968, il s’installe en France, il prend la nationalité française en 1974, et en 1975 il est nommé professeur à l’Ecole des Beaux-Arts de Besançon, dont il obtient le prix de la ville en 1980. En 1999 il souhaite faire don à la cité d’un certain nombre de ses œuvres grandes et petites parmi lesquelles « La Source » qui orne la Fontaine Saint-Quentin. Le Conseil Municipal accepte ce don important en février 1999.

La place Victor-Hugo se situe près de la Porte Noire.

 

Cette dernière a été érigée vers 175 après J.C en l’honneur de l’empereur Marc Aurèle, il s’agit d’un arc de triomphe, le plus prestigieux des monuments de l’époque romaine subsistant à Besançon. Il marque la reconnaissance et le loyalisme des Séquanes (dont le territoire correspondait à la Franche Comté et s’étendait au-delà des limites actuelles) à l’égard de Rome et de l’empereur. Il porte un très riche décor sculpté principalement mythologique, à l’exclusion du passage où sont représentés des combats d’infanterie et de cavalerie, contre des Barbares. La sculpture en bronze représentant l’empereur et ornant la partie supérieure a disparu. Aujourd’hui l’édifice encastré entre les bâtiments du rectorat et ceux de l’évêché, était totalement dégagé à l’époque romaine. Le nom de Porte-Noire lui fut attribué au Moyen-Âge.

 

Revenir à la ville