La Fontaine Sainte-Avoye
La Fontaine Sainte-Avoye
Photos prises en mars 2011

 

 

La Fontaine Sainte-Avoye de Pluneret

Pluneret viendrait de « Plou » (paroisse) et de « Neret », chef immigré qui s’est fixé sur les bords du Loch au XVIIe siècle. La chapelle Sainte-Avoye, dans le hameau situé au sud de la commune, fut construite au XVIème siècle, véritable joyau de la Renaissance, elle est placée sous le vocable de sainte Avoye. Deux élégants portails permettent des accès distincts des fidèles à la nef et des clercs au chœur, sur l’un deux figure encore le blason de la famille de Lestrelin à l’origine de l’édification de ce sanctuaire et qui habitait le château de Kierisper, à proximité du village.

 

En ce qui concerne la façade occidentale, certains pensent qu’elle est restée inachevée, d’autres soutiennent la thèse de l’effondrement. Au dessus du vitrail du chœur sur le mur extérieur une jolie niche sculptée attire le regard.

 

 

 

Au XVIIème siècle deux pardons très importants se déroulaient à Sainte-Avoye, l’un le premier dimanche de mai et l’autre le deuxième dimanche de septembre.

La fontaine située à proximité de la chapelle est elle aussi sous le vocable de Sainte-Avoye, sa construction est semble-t-il contemporaine de l’édification de l’église. Elle n’est pas associée à un rite particulier, son eau est utilisée par les villageois pour leurs usages. Plusieurs versions sont à l’origine du culte de Sainte-Avoye, d’après la légende elle aurait accompagné Sainte Ursule en 451, venant de Grande-Bretagne. Dans la chapelle de Sainte-Avoye, une curieuse pierre est dite le ”bateau de Sainte-Avoye”. La Sainte serait arrivée dans la vallée du Sal à bord de cette embarcation. On y amène les petits enfants « pour les faire marcher et donner force à leurs jambes ». A cet effet, on les fait asseoir, le bas du dos à nu, et on leur frotte les reins contre la pierre. La Sainte capturée par un chef barbare, aurait été mise en prison, nourrie miraculeusement par la Sainte Vierge et enfin décapitée pour la défense de sa vertu.

 

Revenir à la ville