La Fontaine de l’Abbaye Saint-Maurice
La Fontaine de l’Abbaye Saint-Maurice
Photos prises en mars 2019

 

La Fontaine de l’Abbaye Saint-Maurice de Clohars-Carnoët

 

Un monastère cistercien s’étant fondé vers 1136 à Langonnet, Maurice Duault né en l’an 1113 au village de Groshaner aujourd’hui Croixanvec y fut admis et en devint abbé vers 1145. C’est au cours des trente années pendant lesquelles il remplit cette charge que le duc Conan III donna aux religieux de Langonnet ses terres et la forêt de Carnoët pour y établir un nouveau monastère, celui-ci fut fondé vers 1170 par Saint-Maurice, il s’y établit avec une douzaine d’autres religieux. Un contemporain rapporta tous les miracles réalisés par Saint-Maurice, concernant des enfants, des marins, des épileptiques ce qui justifia la réputation de thaumaturge de ce dernier. L’abbaye est située sur la rive droite de La Laïta, pendant une dizaine de siècles les moines cisterciens vont faire vivre le domaine en organisant l’espace autour de l’abbaye qui fut reconstruite au XVIIème siècle. Les destructions pendant la Terreur de la Révolution française vont la dévaster, elle sera alors abandonnée. Vendue comme bien national et devenue propriété privée, une partie des restes servit de carrière, une autre partie étant transformée en château dans le courant du XIXème siècle. Lieu de repos de l’armée allemande pendant la seconde guerre mondiale, il subit en avril 1945 un incendie, les restes seront rasés par le propriétaire à l’exclusion de la salle capitulaire et du chartrier. Outre ces deux parties subsistent encore aujourd’hui la grange, la ferme et le fronton de l’abbatiale. Le domaine est acheté en 1991 par le Conservatoire du Littoral, la gestion du domaine étant assurée par la commune de Carnoët.

Dans la forêt, outre de nombreux arbres centenaires, il existe une fontaine protégée par une construction couverte d’une toiture à deux pans en lauze de granit. L’ouverture située à l’avant de la construction est fermée par une grille. Une voûte en plein cintre surplombe le bassin rectangulaire dans lequel est contenue la source. Celle-ci via une canalisation enterrée alimente le lavoir en forme de fer à cheval situé un peu plus loin dans le bois. Nous ne disposons d’aucune information concernant la date d’édification de cet ensemble.

 

Revenir à la ville