La Fontaine N-D d’Entre les Portes
La Fontaine N-D d’Entre les Portes
Photos prises en mars 2017

 

La Fontaine Notre-Dame d’Entre les Portes de Quintin

 

A L’extrémité de la rue Notre-Dame se dresse la basilique de Notre-Dame de la Délivrance. Erigée dans la seconde moitié du XIXème siècle, elle a remplacé une collégiale qui avait été construite à la fin du XVIème siècle à l’emplacement de la chapelle du château de Quintin. Cette dernière abritait la relique d’une partie de la Ceinture de Notre-Dame rapportée de Terre Sainte en 1250, par Geoffroy Botrel seigneur de Quintin et son frère Henri d’Avaugour seigneur de Dinan. Elle leur avait été confiée par le Patriarche de Jérusalem. La relique est constituée d’un fin réseau de lin, à mailles inégales dont il ne reste qu’un fragment d’environ 8 cm de côté. Plusieurs fois sauvée du vol et épargnée par l’incendie de 1600, elle a failli être victime des l’excès de dévotion des chrétiens. Les familles voyant dans la ceinture une protection contre les risques de la maternité plus particulièrement contre la mort en couches, avaient pris l’habitude de prélever quelques filaments du précieux tissu. Pour préserver cette relique, l’évêque de Saint-Brieuc ordonne en 1641, qu’elle ne quitte plus la collégiale. En compensation, l’habitude a été prise d’envoyer aux mères chrétiennes des rubans bénits que l’on a pris soin de mettre en contact avec la sainte relique de Quintin. Dans la basilique un reliquaire contient le fragment restant de la ceinture.

La Fontaine Notre-Dame d’Entre les Portes a été transférée rue Notre-Dame, à proximité de la basilique au début du XXème siècle. Elle date du XVème siècle et était à l’origine adossée à une petite chapelle bâtie contre les tourelles de la porte Ouest de la ville, le long des douves, face à la collégiale. Geoffroy, sir de Quintin, et Béatrix de Thouars étaient à la genèse de l’édification de cette chapelle au tout début du XVème siècle. L’édifice allongé au XVIIIème siècle engloba la fontaine qui se retrouva en sous-sol, accessible par un soupirail de cave. Lors de la Révolution l’édifice religieux fut vendu comme bien national et servit de lieu de réunion à la « Société des Amis de la Constitution » affiliée aux Jacobins de Paris. Restituée au culte, les offices y furent célébrés pendant la construction de la Collégiale. Devenue vétuste la chapelle est démolie au début du XXème siècle et la fontaine transférée à son emplacement actuel. Son couronnement a été amputé d’une partie de son gâble (pignon) et certaines sculptures ont été martelées. La partie sauvegardée conserve des traces de peinture du XVème siècle entourant la niche dont le tympan est décoré d’arcatures rampantes, appuyé sur deux clochetons aux extrémités décorées de crochets et d’un fleuron sculpté. La Statue de la Vierge, en pierre polychromée, est entourée d’anges et rappelle l’image de Notre-Dame des Vertus, rapportée de Palestine par Henri d’Avaugour, frère de Geoffroy Botrel et son compagnon de croisade en 1250. La dite statue est conservée dans la basilique Saint-Sauveur de Dinan.

Revenir à la ville