La Source Saint-Kilien
La Source Saint-Kilien
Photos prises en mai 2011

 

La Source Saint-Kilien de Warlincourt-les-Pas

 

La commune de Warlincourts-lès-Pas s’appelait autrefois Vallincourt, Pas était le nom de la source qui aujourd’hui s’appelle Saint-Kilien. Cette rivière descend successivement à Grincourt, Pas en Artois, Famechon, et se jette dans l’Authie, près du pont de Thièvres.

Saint Kilien est un moine Irlandais. Il est arrivé en France en 645 et avait pour mission d’évangéliser le peuple d’Artois, il guérit un boiteux à Warlincourt. Il a fondé un ermitage dans la forêt éponyme près de la source de la petite rivière qui porte aujourd’hui son nom. Une chapelle a été édifiée sur le site vers le XIIème siècle en souvenir du Saint-Homme. Elle fut rasée pendant la révolution et réédifiée en 1865

A l’intérieur une statue à l’effigie du Saint a été placée au dessus du tabernacle. D’après l’histoire, Saint Kilien aurait fait jaillir la source en frappant le sol avec sa crosse, lors d’une intense période de sécheresse, pour satisfaire les besoins de la population.

La source au débit important et qui ne tarit jamais, est protégée par une toiture en éverite. Nous y avons rencontré une famille, arrivant munie de bidons, pour s’y approvisionner. Elle nous a précisé venir tous les mois remplir des bouteilles, des jerricanes, certaines fois ils repartent avec jusqu’à 120 litres d’eau. Un autre couple effectue depuis 30 ans la même démarche dans le but de soigner leurs douleurs articulaires et rhumatismales. Autrefois la fontaine était connue pour soigner les enfants rachitiques ou qui ne marchaient pas. Le rite était le suivant : Le bambin était conduit à la Fontaine Saint-Kilien où une femme du village appelée “la baigneuse” le plongeait par trois fois dans la source en faisant précéder ce geste du signe de la Croix. Dans nombre de cas “la baigneuse” recommandait d’effectuer une “neuvaine”, la mère devait ainsi assurer l’efficacité des vertus transmises par l’eau, en récitant le premier jour neuf “Pater” et neuf “Avé”, le second jour huit et ainsi de suite jusqu’au neuvième jour. Pendant cette période, il était impératif que l’enfant porte une chemise trempée dans l’eau de la source. Au bout des neuf jours la maladie devait disparaître. Ce délai représente la gestation précédant la naissance.

 

 

Revenir à la ville