La Fontaine Carnot
La Fontaine Carnot
Photos prises en mai 2010

 

 

La Fontaine Carnot de La Ferté-Bernard

 

La naissance de La Ferté-Bernard résulte de la création d’un site défensif, au sein de la vallée marécageuse de l’Huisne et à proximité d’un carrefour de voies anciennes. Au XVIème siècle, elle bénéficie d’un essor économique important avec à la tête de la seigneurie les ducs de Guise.

L’érection de la chapelle Notre-Dame au rang d’église paroissiale en 1366 entraîne l’ouverture d’un chantier de reconstruction de l’édifice retardée par la guerre de Cent Ans, les travaux débutent vers 1450, mais il faudra attendre un siècle et demi pour construire une église dont les dimensions sont hors de proportion avec les besoins de la population, celle-ci n’excédant pas mille habitants. L’ouvrage de structure gothique est définitivement achevé en 1624. Son décor extérieur est enrichi d’ornements de style Renaissance mêlant les évocations religieuses

 

 

comme l’Ave Regina Coelorum et le Regina Coeli Laetare sur le garde corps, et le répertoire ornemental italien associé aux surprenantes images profanes, comme ces personnages figurant les planètes, Saturne, Vénus, ….la lune et le soleil.Le caractère exceptionnel de Notre-Dame des Marais est lié à l’émulation entre les donateurs du chantier.

L’axe fondateur de la ville : la rue d’Huisne et la rue Carnot, date du Moyen-Âge. Dans cette dernière, anciennement rue des Porches et rue Notre-Dame, se situe l’ensemble de maisons à pans-de-bois le mieux conservé de la ville. Leurs élévations en encorbellement ont été pour la plupart épargnées par les plans d’alignement. Ces maisons abritent comme jadis des commerces au rez-de-chaussée et des logements dans les étages.

La Fontaine Carnot est située sur une petite placette de la rue éponyme. En 1477, une pétition met en évidence l’absence dans la ville d’un point d’eau public permettant l’approvisionnement en eau potable; la seule source est celle de la Cougère, située à plusieurs centaines de mètres hors la ville. Cette requête aboutit en 1483 à la construction d’une canalisation en plomb et en bois conduisant l’eau de la source jusqu’au “carrefour” de la ville. Sa création témoigne de la prospérité de la cité de la Ferté-Bernard qui se dote sous l’impulsion des notables d’équipements publics. L’édicule actuel composé d’un bassin octogonal et d’un obélisque en granit diamanté d’Alençon fut probablement créé en 1651 aux frais de Robert Hoyau.

 

Revenir à la ville