La Fontaine Notre-Dame de Quilinen
La Fontaine Notre-Dame de Quilinen
Photos prises en mars 2015

 

 

La Fontaine Notre-Dame de Qilinen de Landrévarzec

 

La chapelle de Notre-Dame de Quilinen est une ancienne église tréviale de Briec, c’est à dire une succursale de paroisse, section rendue nécessaire par l’éloignement du lieu de culte paroissial. La trève de Quilinen fait partie depuis 1843 de la paroisse de Landrévarzec et a été rattachée à la commune en 1893. L’édifice religieux de style gothique date du dernier quart du XVème siècle, il a souffert des vicissitudes du temps, mais a toujours bénéficié de travaux de remise en état, les derniers ont été réalisé après l’ouragan du 15 octobre 1987.

A l’image de beaucoup de chapelles bretonnes celle-ci est accompagnée d’une fontaine. L’édifice présente un pignon à deux pentes, avec une voûte profonde. Le bassin déborde de l’édicule et est encadré de murets. De chaque côté de l’arche et sur la clé de l’arcade figurent les traces de trois écussons martelés de même que sur la chapelle et le calvaire, ce qui témoigne de la contribution des familles seigneuriales dans l’élévation de ce lieu de culte. La stèle intérieure accueille une statue au style très épuré de Notre-Dame de Quilinen. A l’intérieur de l’enclos un bassin plus important de forme rectangulaire est alimenté par la source, il servait peut-être de lavoir, nous ne disposons pas d’information quant à la propriété des eaux de cette fontaine.

Un calvaire est également associé à l’ensemble chapelle fontaine. Édifié au sud de la chapelle, il date de la première moitié du XVIème siècle.

Au sommet la crucifixion sur le Golgotha, les croix du Christ et les deux larrons, à leurs pieds une Piéta et deux Saintes-Femmes.

 

A l’opposé la Résurrection, Marie-Madeleine et la Vierge à l’Enfant, sous ces représentations, les Apôtres reconnaissables à leurs attributs.

Le dimanche 26 mai 2013 s’est déroulé, comme chaque année, le Pardon de Notre-Dame de Quilinen. Après la prière et la bénédiction de l’eau, les fidèles précédés des deux croix et des bannières se sont arrêtés au calvaire pour le signe de la croix, avant l’assemblée de prières dans la chapelle.

 

Revenir à la ville