La Fontaine Saint-Cirq et son Lavoir
La Fontaine Saint-Cirq et son Lavoir
Photos prises en octobre 2022

 

 

La Fontaine Saint-Geyrac et son Lavoir à Saint-Geyrac

 

Saint-Cyr est le Saint-Patron de la paroisse. A Tarse en Cilicie (Turquie actuelle) lors des persécutions sous le règne de Dioclétien, Cyr et sa mère Julitte tous deux chrétiens sont faits prisonniers. Lors de leur présentation au tribunal l’enfant âgé de trois ou quatre ans courut en criant dans la salle : « moi aussi je suis chrétien ». Lorsque le juge Alexandre le rattrapa, il le prit par les pieds et lui fracassa le crâne sur les marches du tribunal. Il devint le plus jeune martyr de la chrétienté, on le fête le 16 juin, sa mère fut également martyrisée. Le patronyme de Saint-Cyr est souvent déformé, sous la forme St-Cirice, St-Cirq, St-Cricq ……Une chapelle sous le vocable de Saint-Cirice existait à une centaine de mètres de l’église, au XVIIème siècle elle était déjà en mauvais état et a disparu au cours des siècles suivants. L’église paroissiale romane sous la protection de Saint-Cyr fut remaniée au XVème siècle, depuis 1974 elle est intégrée à l’inventaire des Monuments Historiques.

 

En contrebas de l’édifice religieux coule une fontaine qui alimente un lavoir.

Celle-ci considérée comme fontaine de dévotion est placée sous la protection de Saint-Cirq, le saint patron de la commune. Lorsque la fontaine est près de l’église cette dernière est généralement construite au-dessus, l’eau coulant en contrebas, c’est ici le cas. Cette fontaine est référencée dans les archives du Château de Montferrier en 1753 ainsi que le presbytère et le cimetière autour de l’église. Sur le premier registre du Conseil Municipal, il est question d’une fontaine dont on estime les réparations à 80f. En 1890 la chronique de l’abbé Brugière signale :” il y a au bas du bourg une fontaine de dévotion “. En 1884 le Conseil Municipal décide la construction d’un lavoir, mais il ne le fera qu’en 1885. En 1912, les abords de la fontaine, le lavoir et le mur sont en mauvais état le Conseil Municipal décide d’y faire des travaux. En 1926 suite à l’assèchement de la fontaine, il est fait appel à un hydrologue des Eyzies afin de résoudre le problème. En 2010, dans le cadre d’une action d’insertion sociale, la mairie confie la rénovation du lavoir et de ses accès à l’association Mosaïque. Le trop plein du lavoir donne naissance au ruisseau dit « le Saint-Geyrac ».

Nous adressons nos remerciements à Madame Josette Galinat qui nous a donné l’autorisation d’utiliser les éléments de l’historique qu’elle a recherché et écrit afin de rédiger pour cette fontaine le résumé ci-dessus.

 

Revenir à la ville