La Fontaine Saint-Eutrope
La Fontaine Saint-Eutrope
Photos prises en juin 2013

 

La Fontaine Saint-Eutrope de Janailhac

 

Janailhac aurait pour origine le nom de Gellinus, des vestiges de domaines romains ont été découvert dans divers hameaux de la commune. C’est dans cette dernière que l’Isle, qui traverse Périgueux, prend sa source. Sur la départementale menant à La Maize il existe à l’extrémité d’un petit passage une Bonne Fontaine incluse dans une construction en pierre, elle est sous la protection de Saint-Eutrope, qui, en compagnie de Saint-Yrieix, est le saint-patron de l’église. Les eaux de cette source auraient la propriété de soulager les douleurs et de soigner les rhumatismes, on associe cette fontaine au Saint-Eutrope qui fut le premier évêque de Saintes. La transmission orale nous indique que des brigands le lapidèrent sur ordre du gouverneur et qu’il mourut d’un coup de hache qui lui ouvrit la tête. De ce fait, il est devenu le Saint-Patron des blessés et des estropiés. Il existe dans diverses régions de France d’autres fontaines sous le vocable de ce saint. La source à sa sotie de l’édicule emprunte une conduite en pierre pour aller rejoindre un grand bac situé dans un renfoncement le long de la route.

La commune possède également une belle église datant du XIIème siècle qui fut restaurée à plusieurs reprises, la dernière campagne de travaux date de 2010 et a nécessité la fermeture de l’édifice pendant six mois. A l’intérieur sont conservés des éléments de fresques murales datant des XVI, XVII et XVIIIème siècle. Un vitrail retrace le martyr de Saint-Eutrope. Sous cette représentation est disposée une statue en bois polychrome du Saint en habit d’évêque. L’église abrite d’autres trésors, en particuliers divers reliquaires :

 

L’un porte le patronyme de colombe de Saint-Yrieix, Saint Patron de l’édifice religieux, en bois argenté, il date  du 17 ou 18 ème  siècle. Le poitrail de l’oiseau est percé d’une niche contenant quelques fragments d’ossements du saint prêtre fondateur du monastère d’Attanum. Un autre reliquaire dit de “Saint-Eutrope”, en bois doré du 16ème 17ème siècle, dit reliquaire morphologique, reprend la tradition des précieux bras-reliquaires médiévaux, en argent ou en cuivre et contient des reliques de ce saint-évêque autre Saint Patron de l’église.

Revenir à la ville