La Fontaine Saint-Germain
La Fontaine Saint-Germain
Photos prises en septembre 2021

 

 

La Fontaine Saint-Germain de Saint-Brandan

 

L’existence d’un ermitage au Vème-VIème siècle, serait semble-t-il à l’origine de la création du bourg. En 1599 c’est une paroisse, dont le duc de Loge en est le seigneur lors de la Révolution. En 1790 le territoire devient une commune. Saint-Brandan disciple de Saint-Gildas est un moine irlandais du V-VIème siècle, abbé du monastère de Clonfert en Irlande. Il aurait débarqué avec des compagnons dans l’estuaire du Légué et y aurait fondé un monastère à Ploulec’h. Lanvia l’un des villages composant la commune  possède une chapelle édifiée en 1897 et placée sous la protection de Saint-Germain. Elle a été construite à l’initiative de l’abbé Armand Nau, et a remplacé un ancien édifice datant du XIIIème siècle.

 

La construction très sobre est de plan rectangulaire et possède un retable du XVIIIème siècle.

A proximité de la chapelle, de l’autre côté de la route et en contre bas de celle-ci coule la fontaine également placée sous le vocable de Saint-Germain. Elle a été réalisée en Kersanton à la fin du XIXème siècle. Il s’agit d’un édifice avec pignon à deux pentes et voûte profonde. Le bassin déborde  de la construction qui est ouverte par une arche trilobée accompagnée de deux bas murets. Une niche grillagée abrite une statue représentant Saint-Germain. Autrefois, le jour du pardon,  le premier dimanche du mois d’août,  la procession qui avait lieu l’après-midi, s’arrêtait à la fontaine. Celle-ci était très fréquentée, les parents venaient invoquer Saint-Germain pour leurs nourrissons chez qui les coliques et les diarrhées étaient répétées. Ils trempaient  une petite chemise qu’ils laissaient sécher ensuite « à l’ombre ». Ils emportaient  également de l’eau pour préparer les biberons du bébé, ils se rendaient ensuite à la chapelle pour y déposer une offrande. En signe de remerciements, ils laissaient en ex-voto des pièces de layette, chemises, brassières…..qui étaient disposées dans une des crédences du chœur. En 1932-1933, le vicaire fit laver et repasser ces vêtements afin de les distribuer aux familles nécessiteuses. Aujourd’hui le Pardon se déroule toujours le premier dimanche d’août, mais sans procession à la fontaine.

 

Revenir à la ville