La Grande Fontaine
La Grande Fontaine
Photos prises en octobre 2021

 

 

La Grande Fontaine de Montbron

 

C’est au XIIème siècle qu’un premier château a été érigé, sur le bord du plateau dominant la vallée de la Tadoire. C’’est également à cette même période qu’apparurent les fortifications de Montbron dont il ne reste aujourd’hui qu’un fragment en moellons entre le château et la Grande Fontaine, le boulevard Pierrots a été établi sur le fossé comblé de l’enceinte.  Le château détruit lors de la guerre de Cent Ans fut vendu par le seigneur François II de Montbron à Marguerite de Rohan comtesse d’Angoulême qui en 1472 aurait fait édifier le château actuel. Le côté nord ouest est flanqué d’une tour octogonale du XVème siècle occupée par un escalier à vis.

 

Des travaux d’aménagement ont été réalisés au XVIIème siècle. Dans la cité se dressait une église sous le vocable de Saint-Pierre dont la date d’édification coïncidait avec celle du château, pillée et endommagée lors de la Révolution en 1789, elle fut détruite au XIXème siècle.

Pour se rendre à la Grande Fontaine il faut emprunter une partie de la rampe de la Barbacane qui était  jadis l’entrée principale de la cité fortifiée. Cette rampe réhabilitée en 2004 relie le vieux château à la basse ville. Dans le premier tiers de cette rampe face à l’arrière  du château  part une petite rue se transformant en chemin à l’extrémité duquel coule la Grande Fontaine. Entièrement maçonnée en pierre du pays, elle est placée sous la protection de Saint-Antoine ou Saint-Maurice. Au Moyen-Âge on associait ainsi le culte des Saints à celui de l’eau. Celle-ci provenant vraisemblablement du coteau arrive dans cette construction pyramidale et s’écoule à gros jets au pied de l’édifice, par deux goulottes, dans le bassin situé en contrebas du terrain, et auquel on accède par un double escalier. Les eaux auraient la vertu de guérir beaucoup de maladies, (la peur, les rhumatismes…..) des ablutions pouvaient y être effectuées. Elle faisait également partie des fontaines aptes à faire venir la pluie.

 

Revenir à la ville