Les Fontaines de Notre-Dame des Trois Fontaines
Les Fontaines de Notre-Dame des Trois Fontaines
Photos prises en mars 2014

 

 

Les Fontaines de Notre-Dame des Trois Fontaines de Gouézec

 

Sur la commune de Gouézec un hameau doit sa dénomination aux Trois Fontaines situées à proximité de la chapelle Notre-Dame des Trois Fontaines. Cette chapelle a été édifiée sur l’ancien chemin du Tro Breiz qui suit le tracé de la route antique menant de Quimper à Morlaix. Cet ensemble religieux est une ancienne propriété de l’abbaye de Coat Malouen. Le nombre de trois semble être important dans cette région, outre les Trois Fontaines non loin de là se trouve le carrefour des Trois Croix.

  • La première fontaine est composée de trois bassins protégés sur trois côtés par un muret. Cette fontaine est sous la protection des Trois Maries : Marie la mère de Jésus, Marie Salomé et Marie Jacobé, elles ont peut-être, lors de la christianisation remplacé un culte des Matronnes, les trois déesses druidiques qui étaient représentées assises avec un enfant emmailloté sur les genoux de celle du milieu.
  • La seconde fontaine dédiée à Saint-Yann/Saint-Jean, a retrouvé en 1996 le toit à bâtière perdu au début du XXème siècle. L’édicule abrite une statue de pierre représentant le Saint accompagné d’une brebis. La construction possède une ouverture en ogive reposant sur deux murets qui se prolongent pour former le bassin.
  • La troisième fontaine, à laquelle s’attachent particulièrement les fidèles, s’appelle la Fontaine Notre-Dame. La source est surmontée d’un édifice gothique en granit, formant voûte et toit. A l’intérieur la stèle accueille une statue en pierre polychrome de la Vierge portant l’enfant Jésus sur son bras gauche. Autrefois les jeunes mères aspergeaient la statue de la Vierge pour obtenir un lait abondant.

 

Il existe une légende liée à ces Trois Fontaines et dont l’une des variantes est la suivante : “Une jeune mère de famille mourut en donnant naissance à des jumeaux. Le père, désemparé, ne sachant comment nourrir ces enfants, résolut d’aller les noyer à l’une des fontaines. Il les met dans un panier, mais avant de jeter les nouveaux nés dans l’eau il dépose le panier sur une pierre près de la fontaine de Notre-Dame et récite une prière. Une belle dame lui apparaît alors lui assurant qu’elle trouvera une nourrice pour ses enfants. Il reprend confiance et trouve, en effet, ce secours inespéré pour les deux petits nouveaux nés. Depuis lors la trace de la corbeille d’osier est restée imprimée dans la pierre”.

A côté de la Chapelle s’élève le calvaire, sa base triangulaire supporte trois fûts au sommet de chacun d’eux une croix, seule celle du bon larron est intacte.

Sur le fût central le Christ a disparu, seul subsiste un croisillon portant une statue de la Vierge. Le fût du mauvais larron a perdu sa croix. Le soubassement de l’édifice est orné sur chaque face de niches qui abritaient des statues représentant les apôtres. Malheureusement ce beau calvaire a subi les dégradations de l’époque révolutionnaire.

Revenir à la ville