La Fontaine Notre-Dame de Capelou
La Fontaine Notre-Dame de Capelou
Photos prises en octobre 2010

 

 

La Fontaine Notre-Dame de Capelou du Pays de Belvès

 

Depuis le 1 janvier 2016 la commune de Belvès a fusionné avec celle de Saint-Amand de Belvès pour former la nouvelle entité : Pays de Belvès.

La légende rapporte l’histoire suivante : A Balvès, il y a très longtemps un berger gardait ici son troupeau. Intrigué par l’attitude de l’une de ses vaches qui, au lieu de paître comme les autres, se tenait auprès d’un épais buisson d’où jaillissait une source, et gardait néanmoins une santé prospère. En écartant les ronces, le berger découvre une statue en pierre de la Vierge. Transportée à l’église, la statue disparaît, on la retrouve à nouveau dans les buissons. Devant ce miracle on comprend que la Vierge demande a être honorée à l’endroit ou elle a été découverte. On y construit alors une chapelle et le lieu prend le nom de Capelou.

Des historiens évoquent l’hypothèse d’un lieu de pèlerinage très ancien, celtique ou pré-celtique, christianisé ensuite en sanctuaire de la Vierge. C’est l’un des plus anciens site de pèlerinage du Périgord. Il remonte au moins à 1153, date à laquelle le Pape Eugène III mentionne la chapelle ” Sancta Maria de Capella” parmi les dépendances de l’abbaye de Sarlat. Il est probable que la chapelle édifiée sur la source connut les mêmes vicissitudes que l’église de Belvès (guerres médiévales, guerres de religion). En 1793 la chapelle fut à nouveau profanée, et l’antique statue fut brisée à coups de marteau. l’histoire raconte que l’auteur de la profanation se convertit peu après et lui-même reconstruisit une nouvelle chapelle. On remplaça la statue par une Piéta de l’abbaye bénédictine de Fongauffier (a proximité de Belvès).

 

En 1860, Mgr Georges pose la première pierre d’un nouvel édifice, beaucoup plus grand. Puis le chantier s’arrête par manque de ressources. En 1872, suite à une guérison extraordinaire, les travaux sont repris sous l’épiscopat de Mgr Dabert. Le 16 septembre 1873, l’église est consacrée, en présence du cardinal de Bordeaux, cinq évêques, 300 prêtres et 10 000 fidèles. Le 8 septembre 1892, la statue reçoit les honneurs du couronnement.

En 1839, le pape Grégoire XVI accorde une indulgence plénière aux pèlerins des octaves du 15 août et du 8 septembre. En 1859, le concile d’Agen proclame Notre-Dame de Capelou ” pèlerinage privilégié de la région apostolique “. Nombreux sont ceux qui, tout au long de l’année, viennent ici se ressourcer ou remercier pour les grâces reçues, les plaques qui ont été conservées sur les murs en témoignent.
La fontaine miraculeuse est au bord de la route, sous la statue en pierre de la Vierge à l’Enfant datant du XVIIème siècle. Celle-ci située à l’origine derrière l’église, a été déplacée par le curé Cogniel en 1825, pour permettre l’agrandissement du chœur de l’ancienne chapelle vouée à Notre-Dame de Pitié. Une figure contemporaine de la Vierge portant l’Enfant Jésus dans ses bras orne la niche au dessus de la fontaine. Sur le mur droit de la grotte est fixée une plaque sur laquelle est inscrite la prière à Notre-Dame de Capelou. En 2010 le pèlerinage s’est déroulé du 6 au 12 septembre, avec deux journées consacrées aux malades. Il s’est clôturé le Dimanche 12 par une messe à 10h30 et une célébration mariale à 14h45.

 

Revenir à la ville