La Fontaine Saint-Gildas
La Fontaine Saint-Gildas
Photos prises en mars 2018

 

La Fontaine Saint-Gildas de Laniscat

 

Laniscat aurait pour origine le mot breton « lann » (ermitage) et le nom d’un religieux « Escat ». Dès 1217 ce serait une paroisse, elle figure dans des actes de 1241 et 1246 de l’abbaye de Bon-Repos (fondée jadis sur son territoire). De 1790 à l’an X (1801-1802) la commune est un chef lieu de canton. L’église paroissiale est sous la protection de Saint-Gildas, elle a été érigée entre le XIIème et le XIIIème siècle. Le clocher porte gravée l’année 1667. Plusieurs chapelles sont réparties sur le territoire de Laniscat, celle de Rosquelfen dédiée à la Vierge en partie reconstruite en 1829, celle sous la protection de Saint-Mathurin de Trozulon du XVIIIème siècle, La Chapelle Saint-Gildas.

Cette chapelle date du XVIIIème siècle, elle fut vendue comme bien national à la Révolution, mais fut revendue à la Fabrique le 30 juillet 1819. Le terme Fabrique désigne à l’origine une assemblée de Clers auxquels se sont ajoutés depuis le Concile de Trente (1545-1563) des laïcs, ils étaient chargés de l’administration et de l’entretien des biens (églises, chapelles..) de la communauté paroissiale. A la Chapelle Saint-Gildas est associée une fontaine datant du XVIIIème siècle. En contrebas du chemin menant à la chapelle et à quelques centaines de mètres de cette dernière il existe un enclos à l’intérieur duquel nait une source. Un grand mur pignon comportant deux niches, repose sur le mur d’enceinte, une ouverture en plein cintre prend appui sur deux bas murets qui délimitent le premier des trois bassins. Cette fontaine qui porte outre le patronyme de « Fontaine Saint-Gildas » était aussi appelée « Fontaine du chien et Fontaine du chat ». Elle était surtout fréquentée pour les bienfaits de Saint-Gildas, protecteur des animaux, qui était aussi invoqué pour soigner plus particulièrement la rage, mais aussi les maladies infantiles et les fièvres. En janvier 2017 une quinzaine de bénévoles ont participé au nettoyage de ce petit patrimoine. Tous les ans le pardon de Saint-Gildas est célébré le dernier dimanche de janvier, ce qui est à l’origine du dicton suivant :

Deiz pardon sant Weltaz
kolla ar goañ
Pe ‘bada kant deiz c’hoazh

Qui se traduit :

Au Pardon de Saint-Gildas
Le rude hivers s’esquive
ou se prolonge de 100 jours

 

Revenir à la ville